Brouillon: Rétablissement des libertés, des institutions et de la sûreté

Les partis politiques ont montré leur incapacité à pouvoir porter sur la place publique des solutions sollicitées pourtant par une large partie des Français. Au fil des décennies, la société française a été de plus en plus écartelée par des logiques partisanes qui ont permis le déroulement du pire. Pour cette raison, nous considérons comme essentiel d’intégrer à la démocratie française des nouvelles voies d’expression du suffrage universel.

Nous ne contraindrons pas les libertés publiques des individus. Bien au contraire, nous voyons la remigration comme le moyen de rétablir la liberté pleine et entière qu’une civilisation moderne digne de ce nom puisse espérer offrir à ses citoyens. La tentative d’assimiler des peuplades étrangères entières n’a conduit qu’à la restriction des libertés, et nous a poussé chaque jour un peu plus vers la dérive autoritaire. Nous voulons briser ce cycle infernal de l’assimilation impossible qui détruit nos institutions.

Instauration du référendum d’Initiative Citoyenne

  • Nous faciliterons le Référendum d’Initiative Citoyenne, déjà présent dans la constitution française, en ramenant le nombre de signataires d’une pétition à 500 000 contre 2 millions actuellement.
  • Cette mesure proposée par de plusieurs candidats à l’élection présidentielle de 2017 permettra de s’affranchir des partis politiques pour permettre l’expression des préoccupations les plus graves. Seule cette mesure de soupape démocratique peut contribuer à un retour de l’apaisement dans le pays.
  • Le résultat du référendum sera remis entre les mains des élus. Il sera de leur unique ressort de faire appliquer cette volonté populaire. Nous concevons le déclenchement du référendum par voie populaire comme un outil de pression supplémentaire sur les élus afin qu’ils remplissent leurs fonctions.

Rétablissement de la liberté d’expression

  • Nous reviendrons sur les lois entravant la liberté d’expression, que ce soit celle de type Pleven, « Fake News » ou « mémorielles ». Il n’est en aucun cas acceptable que le pouvoir judiciaire soit doté du pouvoir de dicter ce qu’est la vérité.
  • Sous le prétexte de bonnes intentions, ces outils de répression de la liberté d’expression ont instauré de véritables angles morts dans le débat public. Ils ont empêché tout constat des drames qui survenaient. Sur cette base juridique dévoyée, les citoyens pouvaient être traînés en justice et condamnés sur la base de procès d’intention.
  • Le désamorçage des tensions par le rapatriement de l’immigration inassimilable doit être l’occasion de redonner aux Européens l’accès à leurs droits les plus élémentaires qui leur ont été confisqués sous prétexte de la montée en puissance d’un conflit ethnique.

3) Droit à l’autodéfense
Afin de lutter au quotidien contre l’insécurité, nous souhaiterions promouvoir, sous des conditions raisonnables, la liberté d’employer des armes pour l’auto-défense ou la défense d’autrui en cas d’agression. Ce type de requête est souvent considéré comme fantaisiste ou dangereux alors qu’il est historiquement on ne peut plus républicain. Partant du constat que les femmes constituent une population beaucoup moins criminogène que les hommes (3-5% de la population carcérale) mais beaucoup plus menacée par certaines formes de délinquances (viols, harcèlement de rue au quotidien), nous pensons que des droits particuliers dans ce sens doivent leur être donnés.


Afin de lutter au quotidien contre l’insécurité, nous souhaiterions promouvoir, sous des conditions raisonnables, la liberté d’employer des armes pour l’auto-défense ou la défense d’autrui en cas d’agression. Ce type de requête est souvent considéré comme fantaisiste ou dangereux alors qu’il est historiquement on ne peut plus républicain. Partant du constat que les femmes constituent une population beaucoup moins criminogène que les hommes (3-5% de la population carcérale) mais beaucoup plus menacée par certaines formes de délinquances (viols, harcèlement de rue au quotidien), nous pensons que des droits particuliers dans ce sens doivent leur être donnés.

Afin de rétablir une ambiance de sécurité, un port d’arme citoyen et féminin sera autorisé sous des conditions suffisamment prudentes: être majeure, française, volontaire, suivre des formations et entraînements dans un club de tir, n’avoir aucune mention au casier judiciaire, fiche S ou avertissement comportement durant son cursus scolaire et passer une expertise psychologique. Pour s’assurer que les armes ne puissent pas être détournées par d’autres utilisateurs, on pourra se tourner vers la solution technologique des smart guns qui fonctionnent sur vérification biométrique du propriétaire.

4) Pluralité et indépendance de la presse
Il n’existe plus depuis longtemps de pluralité d’opinion ni d’équilibre dans la presse : tandis que la quasi-totalité des journalistes sont de gauche, les journaux -qui dépendent déjà de financements d’État pour survivre- sont paradoxalement rachetés par des grands capitalistes. Ces déséquilibres et compromissions expliquent certainement le désamour des Français pour leur presse et leur recherche d’informations « alternatives » potentiellement de mauvaise qualité. Il est nécessaire de traiter le problème à la racine.

Nos propositions :